Formation professionnelle : vers une nouvelle société de compétences

Formation professionnelle : vers une nouvelle société de compétences

Dans le contexte de promulgation de la loi « pour la liberté de choisir son avenir professionnel » le 5 septembre, la DGER a organisé les 17 & 18 octobre 2018 un séminaire de la formation professionnelle à l’Université Paris-Sorbonne – site de Jussieu, pour réfléchir, partager et échanger sur cette loi et sa mise en œuvre dans les établissements publics d’enseignement agricole.
140 directrices et directeurs d’EPLEFPA, 140 directrices et directeurs de CFA/CFPPA, de lycées maritimes, 50 représentants des DRAAF, SRFD, et des représentants des organisations professionnelles ont participé à cet événement ponctué par la visite de deux ministres : Didier Guillaume récemment nommé à l’Agriculture et à l’Alimentation et Muriel Pénicaud, ministre du Travail.

Quel positionnement adopter sur un marché ouvert à la concurrence ? Comment piloter et développer son activité dans le cadre du nouveau mode de financement ? Quelle organisation et quels acteurs pour l’expression et le recueil des besoins des entreprises ? Quelle organisation mettre en place au sein des établissements et au niveau régional ? Autant de questions que pose la réforme de la formation professionnelle et pour lesquelles l’ambition de ce séminaire était d’apporter des éléments de réponse.

Cet événement a également été l’occasion pour la DGER, de lancer le plan d’accompagnement sur trois ans afin d’aider les établissements publics d’enseignement agricole à passer le cap de cette réforme.
L’ingénierie et la mise œuvre de ce plan a été confiée à AgroSup Dijon – Eduter. Son déploiement au niveau régional sera assuré par les DRAAF. Il touchera tous les agents des EPLEFPA concernés par cette réforme.

Franck Provots, responsable d’Eduter Ingénierie a présenté les différents volets du plan qui aborderont notamment :

  • le pilotage et l’organisation des centres ;
  • leur fonctionnement ;
  •  l’offre de services (pédagogie, blocs de compétences, l’accueil de apprentis, leur accompagnement à l’insertion, l’orientation, la captation des publics) ;
  • un volet entreprises (formation en situation de travail, la relation avec l’entreprise, avec les branches, etc).

Philippe Vinçon a conclu ce séminaire en soulignant que « c’est une réforme majeure et que c’est aussi l’occasion de donner à l’enseignement agricole un nouveau souffle ».
Pour en savoir plus : www.chlorofil.fr

Contact :
Cécile Weidmann

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *